Le document du mois

Le Radôme de Pleumeur-Bodou

Publié le 2 septembre 2020
Radôme (radar et dôme), ancienne station de télévision spatiale transatlantique inaugurée en 1962, Pleumeur-Bodou, carte postale sans date [1980-1990], Architecte Milton B. PUNNETT (1930-2019) (AD 22, 16 Fi 3827).
Radôme (radar et dôme), ancienne station de télévision spatiale transatlantique inaugurée en 1962, Pleumeur-Bodou, carte postale sans date [1980-1990], Architecte Milton B. PUNNETT (1930-2019) (AD 22, 16 Fi 3827).

Le Radôme de Pleumeur-Bodou

Corps

Cette carte postale intitulée « Pleumeur-Bodou – hier et aujourd’hui » met face à face deux fleurons du patrimoine de cette commune trégoroise. Le premier, la chapelle Saint-Samson, est représentatif de l’architecture religieuse bretonne du XVIe siècle. Le second, le Radôme, est bien plus original, tant par son aspect que par sa fonction.

Situé dans la campagne de Pleumeur-Bodou, le Radôme (contraction des termes de radar et dôme) est à l’origine une station de télécommunications spatiales, construite à la suite d'une convention signée entre la France et la NASA. Elle a permis, dans la nuit du 10 au 11 juillet 1962 la première retransmission en direct d'images télévisées en provenance des États-Unis via le satellite à défilement Telstar. Conçue par l’architecte Milton B. Punnett de la société Bird Air, la station est inaugurée le 19 octobre 1962 par le Général de Gaulle. Le radôme de Pleumeur-Bodou comprend un dispositif de grande taille établi pour la poursuite et l'acquisition d'un satellite à défilement. Celui-ci, mesurant 64 mètres de diamètre et 50 mètres de hauteur, est composé d'une antenne à cornet et réflecteur d'un poids de 340 tonnes pouvant pivoter tant à l'horizontale qu'à la verticale. L'antenne est recouverte d'une enveloppe protectrice en forme de dôme constituée de deux couches croisées de fil de dracon enrobées de caoutchouc synthétique blanc (l'Hypalon) et maintenue en élévation par la mise en pression de l'air contenu à l'intérieur. En 1985, l’installation d’un second dispositif, constitué d'antennes paraboliques à l'air libre et permettant d'assurer les services de transmission via un satellite géostationnaire, entraîne le déclassement de la première structure.

De nos jours, la présence du musée des télécommunications à proximité du Radôme permet au grand public de découvrir les technologies d'hier, d'aujourd'hui et de demain, et d'en comprendre le fonctionnement.

Sources :
Inventaire du patrimoine culturel en Bretagne (http://patrimoine.bzh/gertrude-diffusion/)

Retrouvez l'ensemble des documents du mois dans notre page rétrospective