Le document du mois

Epreuves d'évaluation du niveau d'instruction d'Alexandre Le Guilloux (classe 1919)

Publié le 28 octobre 2021
Épreuve de dictée réalisée au moment du recrutement militaire par Alexandre Le Guilloux, 1909 (AD22, 1 R 1373)
Épreuve de dictée réalisée au moment du recrutement militaire par Alexandre Le Guilloux, 1909 (AD22, 1 R 1373)
Corps

Ce document est issu du livret matricule militaire d’un conscrit de la classe 1919, recruté au bureau de Guingamp sous le matricule 1094. Il s’agit d’Alexandre LE GUILLOUX, né le 7 novembre 1889 à Saint-Denis (département de la Seine, aujourd’hui Seine-Saint-Denis) mais résidant à Plougonver (département des Côtes-d’Armor) au moment de son inscription.

Contrairement aux registres matricules tenus par l’administration militaire, les livrets matricules sont des documents de nature privée qui sont généralement conservés par les familles. Les Archives départementales des Côtes-d’Armor ont le privilège d’en détenir quelques-uns des classes 1856 à 1918 (sous-série 1 R : Préparation militaire et recrutement de l’armée). C’est le cas de celui de notre conscrit, conservé sous la cote 1 R 1373 (Conscrits de la classe 1909 : livrets matricules, états signalétiques, dossiers médicaux, correspondance...).

Le livret matricule militaire est un document personnel riche en informations. Sont mentionnés : l’état civil complet du militaire (date et lieu de naissance, identité des parents, domicile), son signalement physique (couleur des yeux et des cheveux, taille, cicatrice...) ainsi que son degré d’instruction. Cette dernière information existait déjà dans les listes du tirage au sort à partir de 1845 puis dans les tableaux de recensements cantonaux (jusqu’en 1927). Par ailleurs, le livret matricule détaille de façon précise la carrière militaire du conscrit (service militaire, participation à une guerre, blessures, décorations). Il peut également comporter des documents à caractère médical.
Concernant celui d’Alexandre LE GUILLOUX, il comprend une fiche matriculaire avec son état civil et sa profession de maréchal-ferrant, le détail des services et positions successives, une fiche d’affectation, une fiche de position et son dossier médical. En fin de livret figure l’épreuve de dictée et de calcul.

Image
Épreuve de dictée et de calcul réalisée au moment du recrutement militaire par Alexandre Le Guilloux, 1909 (AD22, 1 R 1373)
Épreuve de dictée et de calcul réalisée au moment du recrutement militaire par Alexandre Le Guilloux, 1909 (AD22, 1 R 1373)

Ce document présente les deux épreuves subies par le conscrit en vue de l’évaluation de son degré d’instruction, au moment de son recrutement : une dictée d’une dizaine de lignes et une épreuve de calcul correspondant aux quatre opérations courantes (addition, soustraction, multiplication et division).

Le thème de la dictée se rapporte à la discipline, à l’obéissance absolue du conscrit à ses supérieurs hiérarchiques, au devoir patriotique. Ce court texte frappe par sa tonalité, la force du vocabulaire utilisé pour marquer l’exaltation à l’obéissance et au respect des ordres par les « inférieurs » (terme cité dans la dictée).
La dictée, d’un niveau assez élevé pour l’époque est rédigée à l’encre noire dans une écriture penchée mais très lisible. Elle comporte onze fautes d’orthographe et quelques ratures. Les fautes ne sont pas signalées, contrairement à l’épreuve de calcul.

Concernant celle-ci, les résultats de toutes les opérations sont faux comme l’atteste le trait barrant les opérations et la lettre « f » apposée par le correcteur.

Ces copies, qui ne font pas apparaître de notes, nous interrogent sur le système d’évaluation de l’époque. Elles révèlent chez notre conscrit un « meilleur » niveau en orthographe qu’en calcul même si … « aurait pu mieux faire ! »

>> Consultez notre page rétrospective de l'année 2021